mercredi 8 janvier 2014

[AKFG] Chocolate Love : Cours de marketing pour les fans de kpop


Kpopalypse a sorti ce matin un article particulièrement intéressant sur son blog et sur Antikpopfangirl (et sur AsianJunkie), donc au lieu de simplement mettre le lien, j'vais essayer de vous le traduire, pour les plus jeunes qui comprennent pas forcement l'anglais (même si il utilise pas des mots compliqués). C'est long mais intéressant, et c'est cool de voir un article comme ça et qui résume aussi bien le bouzin.
Récemment, j'ai reçu un bon paquet de questions de ce type :
  • D'après toi, combien les idoles touchent des profits des ventes de leur album/ventes digitales ?
Et ça :
  • SM est une entreprise, les trainees (ceux qui s’entraînent quoi) sont les produits en devenir et les idoles sont le produit final bien emballé sur les étagères de la grande surface prêt à être vendu. C'est ça ?
  • Mais est-il vrai que les idoles sont vendue comme moyens pour vendre les albums/singles ? Acheté ensuite par les fans ? Lol l'industrie de la musique me donne mal à le tête, donc j'attend ton article.
Donc, pour ceux qui se pose des questions :
  1. Combien les idoles gagnent ? 
  1. Jusqu'à quel points les fans, et leurs idoles, se font avoir par les sociétés de divertissement ?

Ce blog à la réponse, sous forme courte et longue. 

Réponses courtes pour commencer :
  1. Fuck all...
  1. Beaucoup

Pour ceux d'entre vous qui détestent lire, vous pouvez maintenant fermer cet onglet et regarder les autres articles d'Enlarge Your Kpop. Le reste de cet article est pour ceux d'entre vous qui aiment mon style habituel, mais aussi pour donner des arguments à ceux qui ne me croient pas. 
Maintenant que j'ai fais peur aux haters, Let's talk About Love (ouai bon ok, ça c'est pas dans l'article), parlons des contrats des idoles. Sont-ils justes ?
Quand un label accepte un artiste, un contrat est généralement signé entre les 2 partis. Le contrat est simplement un accord écrit, expliquant comment le label et l'artiste vont travailler ensemble. Ça inclut des choses comme la répartitions des profits, (pour les autistes ou très jeunes) le pourcentage que touchera le label contre celui de l'artiste. Un très petit label indépendant d'humeur généreuse pourrait partager les bénéfices de manière équitable (50/50) avec l'artiste. Pour les plus gros labels, c'est généralement 90% pour eux et 10% pour l'artiste, voir moins... Alors pourquoi signerait-on avec un gros label à la place de l'indépendance? Il faudrait être fou, non? Eh bien, le gros label a beaucoup plus d'expositions, ils peuvent vous mettre à la radio, sur les chaînes de télé, ils peuvent faire plus de publicité, financer de plus grosses tournées, etc. Donc on gagne moins par album, mais comme on sera bien plus exposé, on a des chances de vendre bien plus, et donc de potentiellement gagner plus. 
Toutefois, jusqu'à ce que ces ventes soient faites, comment l'artiste peut-il vivre ? La réponse est le "record company advance", un prêt, comme les banques. La maison de disques avance une somme d'argent à l'artiste (généralement quelques milliers pour un petit label, jusqu'à des millions pour les gros labels), et dit "Vas-y, c'est pour l'enregistrement de ton album et ta tournée", mais cet argent n'est pas donné gracieusement, c'est un prêt. L'artiste a maintenant une dette, il doit de l'argent au label. Tout les revenues que l'artiste fait des ventes de disques, des tournées, etc... vont d'abord au remboursement de cette dette, ils sont "dans le rouge" tant qu'il n'ont pas tout remboursé. Chaque fois que vous entendez parler d'un artiste à qui l'on donne une énorme somme d'argent, et que vous vous demandez qui est assez con pour donner autant à quelqu'un déjà aussi riche, et bien c'est parce que celui qui donne cet argent attend un retour sur investissement , il croit que l'artiste en question sera en mesure de lui rendre cet argent, et même plus encore... 
Qu'arrive-t-il si l'artiste épuise plus vite que prévu ses fonds, car l'enregistrement de l'album coûte plus que ce qu'ils imaginait, ou pris plus de temps, ou par des "habitudes coûteuses" ? Le label ne le laissera pas mourir de faim, ils vont généralement lui donner un salaire... et ce salaire est également ajouté à la dette, l'artiste est donc tenu de payer l'essentiel de son propres salaires sur les ventes de disques et les tournées. Et devinez ce qui est aussi généralement ajouté sur cette dette? Tous les frais de promotion. Les publicités télévisées coûteuses, les annonces radio, les affiches, les frais pour les clips, les coût de marchandising (accessoires en tous genres et tout ça)... L'artiste doit faire assez d'argent pour couvrir TOUS les frais. Mais que faire si le label continue de promouvoir et de dépenser de l'argent à un rythme plus rapide que l'artiste est incapable de suivre pour rembourser l'argent ? Eh bien , euh... euh... bienvenue à la façon dont la plupart des grands labels fonctionnent. En vous gardant en permanence dans une boucle de promotion , un label peut maintenir cette dette indéfiniment, et dès que vous êtes sur le point de rembourser,  "faisons plusieurs annonces et un nouveau clip!!", et ça repart de plus belle. Ouai, juste comme ça.




Maintenant, un artiste intelligent lors de la négociation de son contrat va insister sur une clause où ils peut s'opposer à des dépenses promotionnelles et fixer des limites à ce que le label peut ajouter à sa dette. Cependant, peu d'artistes sont si intelligents, la plupart sont jeunes et naïfs et malheureusement capable de signer un contrat merdique dés qu'un mec en costume venant d'un grand label en leur vendant du rêve. Donc, à moins que l'artiste naïf ait un coup de moule énorme et sorte un gros tube, il sera endetté pendant toute la durée de son contrat avec le label. Les maisons de disques sont très fort pour dépenser de l'argent, et considèrent qu'il est de leur devoir de dépenser chaque centime d'argent pour promouvoir leurs artistes. La mentalité de ces personnes est : "Si mon artiste fait des bénéfices, c'est que je ne fais pas mon travail". Les artistes qui s'en sortent vraiment riches, une petite poignée, étaient soit, suffisamment intelligent pour négocier de meilleures conditions sur le contrat, ceux qui font tout soi-même et/ou ceux qui font masse argent plus rapidement que les dépenses de leur label n'arrivent pas à compenser. Pour les autres, la très grande majorité, ils sont plus dans un système de survie et ne gagnent pas plus d'argent qu'un travail rémunéré au smic... au mieux. Quand le contrat arrive à son terme, toutes dettes restantes sont (généralement) supprimées, mais l'artiste n'aura surement pas gagné grand chose. Ilaurait pu travailler derrière une caisse d'un supermarché tout le temps et avoir des revenues similaire .




Ça c'est donc un scénario typique de l'occident. Maintenant que nous avons ça en tête, passons vers la k-pop et ce que le système de la k-pop fait différemment. Je n'ai jamais travaillé avec un label de k-pop moi-même, bien sûr, je ne connais pas les détails exacts de tout contrat, mais simplement  en observant les choses de l'extérieur, certaines choses sont évidentes, pour moi qui ai de l'expériences dans ce domaine (je vous renvoie sur son blog, il en parle plusieurs fois)
Tout d'abord, les entreprises de divertissement de k-pop n'ont pas tendance à avancer de l'argent aux artistes pour qu'ils aillent le dépenser en enregistrement / transports / nourriture / putes / drogues, à la place, ils gardent l'artiste sous leur aile et lui donne, eux-même, tout ce dont il a besoin, la société paie pour les frais de tous les artistes, et passent des années à les former et à en faire leur produit. Ils proposent un hébergement, de la nourriture, de l'équipement, la formation par plusieurs tuteurs différents, payer les services publics, fournir des vêtements, etc... Tout cela coûte de l'argent, bien sûr. L'aspect "famille" que mettent en avant et commercialisent certains labels n'est pas réel, ça reflète juste le fait que le label dépense de l'argent pour les artistes de la même manière que vos parents le font pour vous.


Juste comme ça, dans ma ville, connue comme "la capitale de l'assassinat" de l'Australie, les tueurs en série les plus célèbres dans les années 70 et 80 ont été appelés «la famille».

Alors, de combien d'argent parle-t-on ? Si vous avez des parents pas loin, demandez-leur combien d'argent ils ont dépensé pour vous au cours des trois dernières années (le total). Ensuite (si ils n'ont pas craqué mentalement ou en état de choc post-traumatique juste en y pensant) demandez-leur combien d'argent supplémentaire ils auraient dû dépenser si vous aviez également besoin de tuteurs privés en langue, danse et chant. Puis, multiplier ce total par le nombre de filles et de garçons dans un groupe d'idole. D'un coup, nous nous retrouvons avec des centaines de milliers de dollars, peut-être même des millions. Et ce n'est que les dépenses de formation avant le débuts de la promotion, nous n'avons même pas encore parlé de faire de la musique ou des vidéos encore! 
Et d'où pensez-vous que le label va se procurer l'argent pour tout ça ? Vous l'aurez surement deviné, d'une éventuelle activité de ses idoles qui ferait de l'argent.
Les labels déjà existants peuvent utiliser l'argent fait par leurs idoles à succès précédent pour financer les trainees, alors qu'un nouveau label qui démarre à 0 utilise probablement soit de riches promoteurs, soit des prêts bancaires ( ou même des parents riches aussi qui payent pour que leur enfant intègre une formation ou un groupe), mais à la fin, la responsabilité de récupérer cet argent investi repose sur ce nouveau groupe, autrement le modèle économique n'est pas durable. 
Alors, à quoi peut bien ressembler le contrat d'un artiste kpop ? Est-il possible qu'ils puissent négocier avec succès un accord où ils obtiennent au moins un peu d'argent? 
J'en doute, voilà pourquoi. 
On va dire que tu es une fille qui auditionne pour intégrer un nouveau groupe de 5 membres. Les personnes qui s'occupent de l'audition décide de passer de 100 à une douzaine, tu es parmis les douze (pas moi :'(). Ils t’appellent dans leur bureau. 
Le patron te met un papier et un stylo devant toi et dit: "Voici un contrat, signes le, et nous te mettrons dans notre programme de formation et tu débuteras dans 3 ans". 
Tu n'es pas né de la première pluie, donc tu lis le contrat. Tu remarques que ce contrat insiste sur le strict respect de l'horaire que t'impose le label, que tu n'es pas autorisé à voir ou communiquer avec ta famille, tu dois manger leur nourriture, tu n'auras même pas de salaire. Fondamentalement, ils font de toi leur esclave! 
Tu protestes :"Mais ce contrat est injuste!". 
Quelle réaction penses-tu qu'ils auront ?
  1. Que voudrais-tu voir dans ce contrat, peut-être pouvons nous arriver à un accord qui convient à tout le monde?
  1. OLOL!! Ouai, aller dégages!!

 

Y'a une énorme concurrence entre les possibles trainees pendant le processus de sélection des groupes d'idoles, et lorsque vous approchez une agence, vous n'êtes personne, tu n'as donc aucun pouvoir de négociation. Si il n'y a pas grand chose qui te différencie des autres filles auditionné avec toi, il n'y a aucune raison qu'ils négocient avec toi. Si tu protestes, ils vont simplement te montrer la porte et te demander de la maintenir ouverte pour que la suivante prenne ta place. Bien sûr, t'as peut-être plus  de talent, mais c'est à ça que le programme de formation de trois ans sert, pour compenser toute insuffisance de talent. Une autre fille devra travailler un peu plus dur, mais si elle est plus coopératif, pour le label, c'est un meilleur investissement. Sans la question de talent (compensé par l'entrainement), ça signifie que le label peut signer qui il veut, et donc ça leur permet d'imposer le contrat qu'il veut (à cause de la concurence entre potentiel trainees quoi)
Pourtant, y'a des exceptions. Les artistes de k-pop arrivent surement, parfois, à obtenir de meilleurs contrats une fois que leur ancien contrat arrive à son terme et qu'ils sont en position d'en signer un nouveau. S'ils ont bien fonctionné jusqu'alors, qu'ils sont connues, ça signifie qu'ils ont du pouvoir. Ils peuvent dire :"OK, on sait qu'on génère de l'argent, donc si tu veux qu'on signe ça, on veut ca, ça et ça". Ce qui peut être une meilleure répartition des profits, plus de temps libre, de meilleurs dates de sorties, ou plein d'autres choses. Il y a de bonnes chances que le nouveau contrat de Davichi avec CCM soit pas trop mal par exemple; pour CCM, récupérer le groupe sous son aile à dut leur coûter bien cher. De même pour Kara, qui, après leur fameuse dispute avec DSP, a surement obtenue de meilleures conditions, notamment sur les revenues des membres. Tu dois surement mieux comprendre maintenant pourquoi les contrats ultra-longue durée de SM Entertainment (13 ans) ont fait tant débat. En 13 ans, le pique de popularité de l'artiste est surement déjà terminé voir loin, très loin, voir peut être même oublié (et comme c'est eux qui décident des périodes de promotions...), et une fois encore, le pouvoir de négociation n'est plus entre leurs mains...  
Ce sont des exceptions. Très peu d'artistes k-pop seraient riches, ou même aisés. Les labels K-pop sont bons pour donner à leurs idoles l'apparence de la richesse, mais ce n'est pas la réalité. Cette voiture flashy que vous voyez dans le clip ? C'est une location, elle remonte dans le garage de la compagnie de location après que le tournage soit terminée (pas besoin de vous dire d'où vient l'argent de la location). Pensez-vous vraiment que CL roule en Lamborghini ?



Si oui, réfléchis encore (mais si c'est le cas, j'espère qu'elle tient pas le volent comme ça en temps normal, c'est bien plus dangereux que de rafraîchir des oranges par la fenêtre). Comme si une idole avait le temps de se balader dans une voiture aussi peu pratique de toutes façons. Elle garde peut être tout son "bling bling" mais c'est surement tout, et encore... Même les fringues les plus flashy sont souvent louées et, à moins que vous soyez comme Hyomin, qui fait ses propres vêtements, les fringues retournent à l’entrepôt du label une fois le clip ou la promotion terminé. Et à chaque fois que que vous entendez parler d'un nouveau clip qui a coûté pas mal argent, et bien cette somme s'ajoute à la dette que l'artiste a envers le label... Ces clips n'ont plus l'air si impressionnant, n'est-ce pas ? 
Quand Block B n'a pas était payé pendant presque un an, ils sont partis en justice et ont perdu, parce qu'ils ne faisaient plus de profits, donc ils n'y avait plus d'argent pour les payer. Ils n'auraient même pas pu s'offrir une tasse de café, en attendant leur label a encore dépensé énormément d'argent sur leurs promotions diverses. Et c'est une situation normal. Est-ce illégal ? Pas si le groupe l'a accépté dans le contrat. On peut ainsi parler des cadeau des fans dans ce contexte. La raison pour laquelle certains groupes sont si content à propos de leur cadeau c'est parce que c'est surement leurs seuls trucs personnels que beaucoup d'entre eux ont ! Vous vous souvenez quand l'un des U-Kiss a demander à ses fans de lui acheter Diablo ? Pourquoi ne pas l'acheter lui même ? Peut-être juste parce que c'est un putain de trou du cul, ou peut-être sont-ils juste complètement fauché et que leur contrat est tellement moisie que dépenser 50$ dans est jeux PC est juste improbable pour lui en ce moment (et que c'est un putain de trou du cul) (J'ai pas mal d'exemple avec MBLAQ par exemple, m'enfin...)


Alors qu'en est-il du produit ? 
Ça pourrait aider de s'intéresser de l'industrie des supermarchés. Ouai, on part totalement dans un autre truc, mais est-ce que ça serait un article de kpopalypse sans ce type de twist ? 
Je connaissais quelqu'un qui était représentante pour une grosse entreprise de bouffe. Son job était de marchander avec les chaînes de supermarchés et de gérer l'exposition du produit de son entreprise, pour faire en sorte qu'il se retrouve aux meilleurs places, là où le client en achètera le plus (restez avec moi, ça va devenir intéressant, vous allez comprendre). Y'a pas mal d'astuces que les supermarchés utilisent pour faire en sorte que les clients achètent plus (si vous avez fait un tout petit peu d'éco un jour dans votre vie, vous avez surement déjà vu ça).



Cependant, comment les meilleurs places sont-elles décernées ? La réponse a plusieurs nom, tels que "cliffing" ou "frais de référencement", c'est louer de l'espace d'exposition plus simplement, le fabricant paie le supermarché pour leur permettre d'utiliser l'espace d'étalage. De combien sont ces frais? Il varie en fonction de l'espace que vous voulez, de toute évidence plus l'espace est exposé, plus il est cher, celui au ras du sol alors que celui à hauteur des yeux vaudra bien bien bien bien bien plus cher. Mon contact a déclaré que son entreprise dépensait «des milliers» pour ça, mais n'a pas précisé. Elle a ensuite dit ceci : les supermarchés avec qui elle bossait faisaient bien plus d'argent en vendant leurs "espaces d'exposition" aux entreprise que ce qu'ils faisaient en vendant les produits eux même, beaucoup plus. 
Ça transforme l'équation du consommateur. Voici ce que quelqu'un aurait logiquement supposer d'un supermarché: 
Vous = le client
Ce qui est sur ​​le plateau = le produit
Supermarché = le détaillant 
Mais vraiment, du point de vue du supermarché, c'est plus comme ça : 
Supermarché = le détaillant
Fabricant alimentaire = le client
Vous et l'attention que vous donnez à l'espace du plateau = le produit 
Avez-vous déjà remarqué que lorsque un supermarché cesse de commercialiser votre article préféré ? Vous aller vous plaindre à un membre du personnel et dites :"Hey , j'aime vraiment ce produit, quand allez-vous en revendre ? ". Que l'on vous répond avec des "Hummmm" et "Euh... je sais pas, je vais demander à la direction pour vous et nous verrons ce que nous pouvons faire" et qu'ils semblaient vraiment évasif à ce sujet et que rien n'a vraiment changé et vous vous demandez encore pourquoi ? Vous pensez que comme vous êtes un client, votre pouvoir d'achat aurait de l'importance, Pas vrai ? Eh bien non, vous n'êtes pas le client, vous n'êtes pas la demande. Vous êtes le produit, votre fonction est de regarder les étagères et d'acheter, et c'est cette fonction en tant que consommateur qui est vendu au client réel : les fabricants. Le produit que vous aimiez n'est plus disponible parce que la société qui le fait a décidé de ne plus payer pour l' espace d'étalage, ou la somme a était surenchèrie par une autre société qui fait un autre produit, si c'est tout ce que ce que tu peux avoir pour le moment. Vous êtes tout simplement un rouage dans une machine qui n'est même pas vraiment pour vous.




Maintenant gardez ça en tête et revenons à la K-pop 
Ce n'est pas un secret qu'on ne fait plus d'argent en vendant de la musique de nos jours, avec plein de personnes qui téléchargent, soit illégalement, soit, dans le meilleur des cas, à une fraction du prix qu'un album complet coûte. Plein de groupes "occidentaux" l'ont bien compris et vont donc sur les routes pour faire des concert et ainsi gagner beaucoup d'argent (et c'est pour ça que les concert sont de plus en plus cher depuis une dizaine d'année), mais la pluparts des groupes de kpop ne le font pas. Donc comment est fait l'argent ? Comment font-ils pour survivre ? 
Laissons Bernie Cho de DFSB Killective nous donner la réponse.


Intéressant à 7:07 : "La froide et dure réalité est qu'en ce moment la musique n'est en fait plus le business, c'est juste devenu une carte de visite. Si ça devient devient populaire, ça mène à d'autres occasions, et c'est là qu'ils se font de l'argent". 
Ces autres possibilités sont des publicités (CFs), du parrainage de produit et du placement produit. Un clip n'est au fond qu'une publicité, pas seulement pour nous faire acheter la musique. C'est aussi une annonce pour les personnes d'entreprises qui aimeraient utiliser les jeunes hommes et femmes dans ces clips pour des placements et de produits et faire de la pub. Les labels coréens "proposent" au fabriquant de produit "Regardez ce groupe, n'auraient-ils pas l'air agréable de porter le produit? Ils ont beaucoup de fans enragés qui achèteront n'importe quoi qui leur est associé." Votre idole n'est pas le produit, c'est un place d'exposition vivante, une vitrine que respire, attendant juste un produit qui pourrait lui être associé. (et je sais pas si vous avez déjà regardé les pubs en Corée, mais c'est principalement que des célébrités, c'est très surprenant et triste) 
Les CFs sont très simple à comprendre et les idoles sont payés une tonne d'argent pour ça. Nous avons tous vu des placements produits dans les clips, où, par exemple, les gens montrent l'utilisation d'un téléphone mettant bien en évidence la marque et parfois même une application spécifique, clairement montrée à la caméra. Certains sont prêt à payer toujours plus pour avoir encore plus, ça devient une surenchère qui amène à ce genre de réflexion :" Putain, notre concurrent à fait une pub, merde, faisons un clip avec une chanson sur notre putain de téléphone".


Vous avez aussi peut-être vu l'inverse, sous cette forme :


Quand une marque se retrouve accidentellement dans un clip de k-pop, si l'entreprise n'a pas payé pour le placement produit, ils la floutent. C'est pas du placement produit, c'est un manque de placement produit, c'est le label qui dit :"On t'aurait fait de la pub si tu nous avais payé". (Ce flou est différent de celui présent en show télé, dans lesquels il est interdit de faire du placement produit (RunningMan se mange régulièrement des amandes là dessus par exemple)). Le pauvre détaillant derrière ne semble pas pas pouvoir se payer la présence de son logo dans un clip de k-pop donc ce que voyez dans cette image est un supermarché vide => "On aurait pu filmer devant ton supermarché, mais t'as pas payé, la prochaine fois peut être, on est là, siouplais pensez à nous !! Pitié !!!!!!!!!!!!"  
Le parainage est chose habituelle aussi, et ça marche avec les fangirls folles qui sont capable d'acheter n'importe quoi, tant que leurs idoles sont dessus. Je peux même plus compter le nombre de personnes que je connais qui ont acheté les "B2ST Instant Noodles".




Elles sont déguelasse, comme tout ces trucs d'Instant Noodles mais je suis certain qu'il y'a des fangirls folles quelque part qui en ont acheté des centaines en s'imaginant vivre grâce à B2ST et ainsi se sentir proche de leur oppars (putain ce que je déteste écrire ça). Avoir une nouille de B2ST en elles est surement la chose la proche de leurs rêves humides et de ce qui se trouve dans leur fanfics favorites. (Chapeau l'artiste, celle là j'approuve complètement) 
Tout comme dans la situation au supermarché cité plus haut, le montant d'argent que les label font en vous vendant de la musique est complètement éclipsée par le montant d'argent qu'ils se font par les capacités de marketing de leur idoles. Donc, dans ce contexte:
Vous = le client
Les chansons du groupe K-pop = le produit
Société de divertissement = le détaillant 
Est devenu: 
Société de divertissement = le détaillant
Annonceurs = le client
Idoles = l'espace d'étagère/d'exposition des supermarchés
L'attention que vous donnez à l'idoles= le produit 
Si les gens ne font pas attention à leurs idoles et ne se soucient plus d'elles, alors ces idoles tenant le dernier téléphone mobile deviennent sans valeur. Ça pourrait être n'importe qui au hasard. De cette manière, la manipulation de la folie des fans est en fait le moteur qui alimente l'industrie. Si vous avez déjà vu une idole utiliser quelque chose en pensant "Cool, il m'en faut un", vous saurez que ça fonctionne, et à quel point c'est puissant.

 
Oui, vous êtes manipulé (bien évidement, on l'est tous), en même temps que les idoles. Si tu penses que je dis de la merde, et j'imagine qu'il y'a un autre moyen d'interpréter les paroles de Chocolate Love, n'est-ce pas. Chantons tous ensemble maintenant. (refermez votre braguette les gars)




Donc voilà, j'tenais à mettre en lumière cet article grâce auquel j'ai appris quelques trucs et j'vous conseil encore une fois son blog très intéressant que je suis depuis pas mal de temps, il a vraiment de très très bons articles en dehors des trolls antikpopfagirliens. J'vous conseil notamment cet article là pour en savoir plus sur lui, cliquez ici.


3 commentaires:

  1. Très très bien, merci pour la traduction. Pour ma part je n'apprends pas grand chose mais c'est très bien d'avoir un article détaillé comme ça qui explique tout.

    RépondreSupprimer